Pages

mouvement des femmes Iraniennes

mouvement des femmes Iraniennes

Friday, December 04, 2009

Qu’est ce que la violence ?

WASSYLA TAMZALI, essayiste
Dernier livre « Une femme en colère, Lettre d’Alger aux Européens désabusés » Éd. Gallimard, Novembre 2009


Et pourquoi une journée contre la violence ? Cela semble si évident que ces questions sont peu ou jamais posées. Le thème de la violence n’est pourtant pas apparu immédiatement dans l’arsenal onusien des luttes et des actions en faveur des femmes. Disons même que c’est le dernier. Ce n’est que le 17 décembre 1999, 24 ans après la Conférence de Mexico qui a été le coup d’envoi de la décennie internationale pour les femmes, 20 ans après l’adoption de la convention des nations unies pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’encontre des femmes, et 4 ans après la fin de la décennie, conclue par la conférence internationale de Pékin, que les Nations Unis ont adopté la résolution 54/134 pour faire du 25 novembre une journée internationale contre la violence à l’égard des femmes. Après avoir épuisé (sans les régler bien évidemment) les questions de l’égalité en droit, de l’égalité des chances économiques, politiques et sociales, celles du droit à la santé – avec la question toujours controversée des droits reproductifs-, la communauté internationale a décidé, enfin ! pourrait on dire, de dénoncer la violence faite aux femmes. Il faut féliciter les associations féministes dans le monde de ce succès, ce sont elles qui ont convaincu les diplomates qui trainaient les pieds, toujours frileux d’aborder les questions de fond.
Et qu’est ce que la violence ? Pas aussi clair que cela, même si sur le corps des femmes et des petites filles elle est parfois d’une évidence insoutenable. Mais quoi encore ? Dès les années 80 les études féministes aux États unies d’Amérique nous avaient appris que la violence contre les femmes ne sont pas des pathologies isolées et individuelles ; elles sont une constante structurelle de la condition des femmes ; nos sociétés légitiment la violence des hommes sur les femmes et mieux encore, cette légitimation est souvent appuyée par des femmes elles-mêmes. Cela n’étonnera pas ici. Combien de jeunes, et moins jeunes épousées confiant à mi voix, dans le secret des cuisines, à leur mère les coups qu’elles ont reçu la nuit, et qu’elles tiennent cachés sous leurs vêtements, ont entendu celles-ci leur dire, « Chut, ne dis rien, il ne faut pas que cela se sache » Souvent, elles ajoutent « Si ton père le sait, il va le tuer » Voilà la paix familiale garantie par le silence des femmes battues. Les hommes pourront prendre tranquillement leur café noir du matin.
Les femmes battues à la maison sont devenues, avec raison, le sceau de la subordination des femmes dans nos sociétés. Les femmes battues sont le premier maillon visible de ce continuum qui va de la violence acceptée dans nos sociétés comme des traits de culture à la violence condamnée, de la pratique coutumière invisible à la violence insoutenable du viol, de la prostitution, du crime d’honneur, du crime collectif en tant de guerre ou pas.
Que faire alors ?
Les premières violences sont symboliques, elles sont insidieuses et acceptées par l’ensemble du corps social, les victimes comprises. D’où leur force dans nos sociétés et leur impact sur le vécu des femmes. Ces violences resteront symboliques jusqu’à la prise de conscience de la victime de la violence, et son refus par les femmes, son expression transformeront la violence symbolique en violence physique inscrite dans la chair de la victime. C’est parce qu’un être humain refuse d’être sous l’emprise d’une violence symbolique mais réelle qu’il déclenche contre lui une violence physique. C’est ainsi que commencent les petites guerres quotidiennes des femmes. Et pourrait on dire, plus les femmes prennent conscience de leurs droits et plus elles deviennent un objet de violence.
De toutes les violences symboliques qui sont à la source ce continuum infernal qui caractérise la structure de la violence, la Loi d’une nation est la première, car si la Loi libère elle peut être aussi une violence symbolique, et la plus déterminante.
Ainsi l’infériorité des femmes inscrite dans la loi va autoriser toutes les violences. C’est à travers une Loi qu’une nation dit l’ordre du monde et des choses selon elle. C’est elle qui installe ou non au cœur des sociétés le statut d’être libre d’un individu et fait naitre l’interdit éthique de porter atteinte à son intégrité et sa dignité. C’est à partir de cette inscription que nous pouvons rejeter fermement et sans demi mesure tout ce qui de loin ou de prés nous renverrait à ces débats effarants sur la longueur du bâton que l’on doit utiliser pour « corriger » sa femme, ou sur les manières de ne pas trop « l’amocher ». Ces débats mettent violemment en lumière l’indignité de ceux qui se plient à ces élucubrations. Ces constations coulent de source tant leur évidence est forte, et cela semble le B à Ba de toutes réflexions sur la violence ; sans l’égalité reconnue et acceptée par tous et toutes les femmes sont infériorisées pas la loi et de ce fait livrées à la violence sociale. Cette égalité qui n’est toujours pas inscrite dans notre législation.
C’est à partir de cette reconnaissance que s’effectuera efficacement un travail de lutte contre la violence contre les femmes. D’ici là on pourra toujours pousser des cris d’orfraie, de donner des gages de bonne conscience, punir les maris violents, évoquer la morale religieuse, multiplier les abris pour les femmes battues, - et il faut le faire, car tout ce qui peut alléger le désarroi, le désespoir des femmes et des enfants battus doit être entrepris, - cela n’arrêtera pas ce phénomène. Il faut prendre le mal à sa racine, et reconnaître solennellement que les femmes sont des citoyennes comme les autres, que leur témoignage est aussi valable que celui des hommes, qu’elles héritent la même chose car elles ont la même place dans la famille, et qu’elles apportent autant que l’homme au bien être de cette famille, que la polygamie est une indignité, qu’elles peuvent souscrirez une police d’assurances vie sans l’autorisation de leur mari, etc… C’est à travers cette construction de l’égalité de tous que l’on peut commencer à parler de respect dans une société. Certes le problème ne sera pas encore résolu, voyons en Europe où l’égalité est reconnue et où la violence conjugale reste une préoccupation majeure), mais si cela n’est pas suffisant, cela est nécessaire et constitue la première étape.
La violence conjugale et la violence sexuelle qui sont une et même violence, continueront de marquer de plus en plus notre société avec pour résultat de pousser encore plus loin la folle et suicidaire entreprise de ségrégation sexuelle qui est à l’œuvre dans notre pays. Les signes de cette entreprise sont divers, mais le plus emblématique est la pratique de voiler les femmes en commençant par les petites filles. La pratique grandissante de voiler les femmes dans notre pays (64% des femmes et 53 des adolescentes, rapport du Collectif Maghreb égalité de février 2009) est une illustration de cette escalade. Le voile est de plus en plus choisi par les femmes, les jeunes et les autres, sur les lieux de travail à l’université, dans les maisons comme un rempart contre la violence sexiste. Ce voile qui ne protège pas les femmes mais qui ne sert qu’à voiler nos esprits. IL est tant de tirer les sonnettes d’alarme avant que ne retentisse le tocsin.
Post a Comment