Pages

mouvement des femmes Iraniennes

mouvement des femmes Iraniennes

Tuesday, August 24, 2010

SÉGOLÈNE ROYAL . ELLE

SÉGOLÈNE ROYAL : « SAKINEH, NOUS NE VOUS LAISSERONS PAS » Chaque jour qui passe est peut-être le dernier jour de la vie de Sakineh Mohammadi Ashtiani. Chaque heure qui vient la rapproche inéluctablement de cette mort par lapidation à laquelle la justice iranienne l'a condamnée. Cette femme, qui croupit depuis 5 ans dans la prison de Tabriz, a été condamnée, au terme d'un simulacre judiciaire dont l'Iran a le secret. Deux relations amoureuses hors mariage sont le prétexte de ce verdict qui l'expose à une mort atroce. On tue avec des pierres, on sauve avec des mots. La Règle du jeu, le magazine ELLE, le quotidien Libération prennent donc aujourd'hui une nouvelle initiative. Artistes, intellectuels, hommes et femmes politiques ainsi que nos lecteurs, tous sont invités à nous faire parvenir un message. Une citation, un témoignage de solidarité, une prière: tous les messages sont les bienvenus pourvu qu'ils disent à Sakineh qu'elle est moins seule qu'il n'y paraît et à ses assassins que le monde les regarde et les juge. Chaque jour Sauvons Sakineh!

Aujourd'hui, c'est Ségolène Royal qui prend la parole et s'adresse à Sakineh :

Chère Sakineh,
Je pense fort à vous, je pense fort à vos enfants, Fasride et Sajjad, et mon sang se glace. Gardez espoir et courage, de plus en plus de voix s'élèvent partout dans le monde et vont finir par se faire entendre pour abattre les murs de votre prison. En vous aidant c'est nous que nous aidons. Nous avons besoin de votre liberté pour que notre idéal de liberté et de fraternité avance et gagne du terrain. Là où la dignité des femmes est meurtrie, écrasée, anéantie, c'est l'Humanité toute entière qui recule. Là où la femme est servie en victime expiatoire et asservie pour le seul crime d'être née femme, doivent se lever toutes celles et ceux qui savent que cet obscurantisme conduit à des malheurs plus grands encore. Sakineh nous ne vous laisserons pas. Tenez bon pour vous, tenez bon pour nous.

Le 24/08/2010