Pages

mouvement des femmes Iraniennes

mouvement des femmes Iraniennes

Friday, February 08, 2013

COMMUNIQUE Le 7février 2013


                    
Les parlementaires interpellés au sujet d'une directive discriminatoire et sexiste de la FIFA

La Ligue du Droit International des Femmes, la CLEF et Femmes Solidaires ont demandé aux députés de réagir à la circulaire du 25 octobre 2012 de la FIFA levant l'interdiction du port du foulard islamique sur les terrains de football.

Ce texte est scandaleux à plus d'un titre :

-          en ce qu'il modifie de façon discriminatoire la loi 4 du règlement sur la tenue des footballeurs, jusque là fixée indifféremment pour hommes et femmes, puisqu'il précise que cette mesure ne s'appliquera qu'aux femmes-          en ce qu'il contrevient à l'interdiction de toute expression politique ou religieuse sur le terrain, règle qui s'est appliquée avec rigueur aux footballeurs dont certains ont été réprimandés pour avoir manifesté leur appartenance à une religion.-          en ce qu'il révèle l'esprit commercial de l'opération, l'adresse des fournisseurs de foulards agréés étant intégrée dans la circulaire.
Madame Catherine Coutelle, présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée Nationale, ainsi que de nombreux députés de toutes couleurs politiques ont réagi et posé des questions écrites à la ministre des Sports Madame Fourneyron.

Madame Gonthier-Maurin, présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat a fait savoir qu'elle posera une question orale à la ministre.

Au delà de ces interpellations c'est la question du respect des principes  de neutralité et de non discrimination inscrits dans les règlements sportifs, principes qui garantissent le caractère universel du sport, dépouillé de tout particularisme, qui est posée.

L'inquiétude des associations signataires est d'autant plus grande que Madame Founeyron a annoncé avoir transféré la compétence du ministère en matière de stratégie internationale au CNOSF.

Or le CNOSF n'a jamais osé discuter les positions du CIO lorsqu'elles se trouvaient en violation flagrante de l'esprit et de la lettre de la charte olympique.

Le CNOSF s'est incliné sans gloire devant le refus opposé aux athlètes français par le CIO de porter un insigne "Pour un monde meilleur" aux JO de Pékin, au motif qu'il exprimerait une opinion politique... Alors que dans le même temps le CIO encourageait la présence d'athlètes arborant leur religion, cédant aux exigences de l'Iran et des pays du Golfe, ce dont a encore témoigné la triste et ridicule apparition de la judoka saoudienne aux JO de Londres en juillet dernier, et la présence de 17 délégations avec des femmes voilées.


Annie Sugier
Linda Weil-Curiel
Ligue du Droit International du Droit des Femmes LDIF

Olga TrostianskyLa CLEF

Sabine SalmonFemmes Solidaires
 
          
Post a Comment