Pages

mouvement des femmes Iraniennes

mouvement des femmes Iraniennes

Monday, July 28, 2014

Offensives pour l'égalité

Les lundis 6 et 13 octobre de 14h à 20h

Université Paris Diderot, amphi Buffon

15 rue Hélène Brion 75013 Paris

Nous vous invitons à noter dès maintenant les dates de ces journées. Vous trouverez en pièce jointe le programme de cette manifestation.


Un programme détaillé et un lien pour l’inscription vous parviendront début septembre.

Cette manifestation s’adressant à un public large, merci de bien vouloir faire circuler l’information le plus largement possible.


--

Si vous souhaitez vous désabonner de la liste de diffusion de l'IEC, veuillez répondre à ce courriel et inscrire dans le sujet le mot "Désabonnement". (remarque : vous pouvez être inscrit-e sur des listes de rediffusion, dont nous n'avons pas la maîtrise).
   

Institut Emilie du Châtelet
, pôle Genre du GID
http://www.mnhn.fr/iec
Suivez l'actualité de l'IEC sur Facebook

Rendez-vous le dimanche 3 aout a partir de 14h30 au café Ramus, 4 avenue du Pere-Lachaise, metro Gambetta.


Tuesday, July 15, 2014

Parisien du 11 juillet 2014

Ajouter une légende

Aprés 35 ans je suis toujours dans la rue contre le voile

 photographiée par Catherine Deudon

Nadia Ould Nadia Ben Missi la journée Mondiale sans voile




http://videos.leparisien.fr/video/journee-sans-voile-des-femmes-musulmanes-prennent-la-parole-10-07-2014-x218jhs

Femme sans voile 10 Juillet 2014 Paris


Une première manifestation réussie des femmes sans voile d'Aubervilliers.

Ce 10 juillet, en plein centre de Paris, à la  Fontaine des Innocents, sous un ciel lourd et gris, les femmes du collectif d'Aubervilliers sont arrivées, les bras chargés de panneaux, de bouquets de marguerites.

Bravant le regard étonné des jeunes qui déambulaient dans le coin , elles ont  tendu une corde entre deux arbres et accroché les panneaux sur lesquels elles avaient inscrits des slogans dénonçant le sens symbolique du voile, le sexisme qu'il véhicule, et exprimant leur volonté de se battre contre le patriarcat et pour l'égalité.

Puis, toujours entre ces deux arbres, elles ont tendu la banderole que nous avions fait réaliser sur laquelle était inscrit : « 10 juillet, journée mondiale sans voile », signé «  femmes sans voile d'Aubervilliers », et illustré d' un visage de  femme voilée,barrée et d'un visage de femme non voilée, les cheveux au vent.

Tandis qu'elles déployaient leur matériel dans la bonne humeur, en attendant l'arrivée des participant-es à l'événement, des petits groupes ont commencé à se former, en quête d'explications.
Certain(e)s stupéfait(e)s de l’initiative : « c'est très bien ! Vous avez raison ! » Deux jeunes filles, pourtant  non voilées, ont par contre interpellé les organisatrices, refusant manifestement d'admettre la signification du voile.

Et puis, il y a eu aussi pendant un bon moment un débat assez houleux avec un groupe de jeunes gens, à l'évidence venus des cités, qui ont commencé argumenter sur la question du voile, oubliant que ce ne sont pas eux qui le portent !

Enfin les prise de parole ont pu commencer devant un auditoire très attentif de quelque 100 à 150 personnes, composé de nombreuses responsables d'associations signataires de l'appel des femmes sans voile d'Aubervilliers.

Se sont exprimées Nadia B et Nadia O du collectif des femmes sans voile d'Aubervilliers, Mimouna, pour l'association Africa, Soad Baba Aïssa pour AMEL et Amina Shabou pour Femmes Migrantes Debout,. Elles ont expliqué le sens de l'action, le sentiment d'abandon de la part des pouvoirs publics et des politiques, et le cadre dans lequel cette action se situait.

Sont intervenues également la sociologue Chalhla Chafiq, qui a dit sa joie  en prenant connaissance du mouvement lancé par les femmes d'Aubervilliers, et Jami Nedai, réfugiée iranienne, cinéaste, qui a rappelé la manifestation en mars 1979 à Téhéran des féministes iraniennes pour s'opposer à l'obligation faite aux femmes en Iran de porter le tchador.

Laure Caille de l'association Égale et Libres Mariannes, a donné la liste des associations qui ont apporté leur appui à l'action des femmes sans voile d'Aubervilliers.

Pour conclure les organisatrices ont promis qu'il ne s'agissait que d'un début, sous les applaudissements de l'auditoire.


Annie Sugier, Ligue du Droit International des Femmes

Friday, July 04, 2014

Rassemblement




                                                                                                                                                                                                  






10 JUILLET 2014
JOURNEE MONDIALE DE FEMMES SANS VOILE
                                     Communiqué


        RASSEMBLEMENT le 10 juillet 2014
A PARTIR DE 18H00
A LA FONTAINE DES INNOCENTS
PARIS Métro Châtelet-Les Halles
 
 
Nous, Femmes sans voile d'Aubervilliers (France), adhérons totalement à l'action lancée par des femmes sans voile au Québec, qui appellent, le 10 Juillet 2014, à une journée sans voile, afin de dénoncer la condition des femmes qui sont voilées, peu importe où elles sont, qui elles sont, ou la raison pour laquelle elles portent le hijab, le niqab, la burqa, le tchador etc.
 
Mobilisées pour cet événement, nous appelons toutes les organisations qui approuvent la déclaration jointe au présent appel, à nous rejoindre pour organiser et participer à cette journée en France 
 
Les premières associations signataires:
Collectif femmes sans voile d’Aubervilliers, AFRICA, AMEL ( Association pour la Mixité, l’Égalité et la Laïcité en Algérie), EGALE ( Égalité, Laïcité, Europe), Ni Putes Ni Soumises, Libres MarianneS, Ligue du Droit International des Femmes, Regards de Femmes, Femmes Solidaires, 

Contact :
femmesansvoile@gmail.com
Nadia OULD :  06 78 51 00 17 et Nadia BENMIS:  06 32 38 12 17


DES FEMMES SANS VOILE S'EXPRIMENT !

Femmes sans voile

DES FEMMES SANS VOILE S'EXPRIMENT !

Femmes sans voile, françaises et fières de leur origine maghrébine, nous sommes exaspérées d'être importunées sans cesse par des extrémistes religieux au sujet de notre tenue vestimentaire. Elle serait non conforme à leur interprétation du Coran qui rendrait sacré le port du voile qu'ils voudraient nous imposer.

Riches de nos expériences passées, nous sommes en mesure de leur résister mais qu'en est-il des jeunes filles mineures qui subissent quotidiennement ces pressions et y cèdent ?
Elles ignorent peut-être que le voile n'est qu'un des aspects du patriarcat dont la polygamie, l'inégalité dans l'héritage, la répudiation, le divorce sur décision unilatérale du mari, etc. font partie, afin d’imposer la soumission des femmes.

Or, nous, fortes d'un long combat mené par des générations de femmes dans le monde, y compris dans nos pays d'origine, nous tenons à l’égalité et à la liberté. Nous refusons que la religion musulmane serve de couverture au patriarcat et soit un moyen de s’approprier le corps des femmes en le cachant et en le privant de toute liberté.

Le port du voile n'est pas lié à l'islam, il est antérieur de plusieurs millénaires à son avènement. La première mention de son port obligatoire remonte aux lois assyriennes (vers 1000 avant J.C.). La Bible l'évoque dans la Genèse et Saint-Paul l'exige pour les prières.
Que dit le Coran sur le voile ? « Dis aux croyantes de rabattre leurs voiles sur leurs poitrines » (Sourate XXIV, verset 31). L'interprétation de ce verset est illimitée. Les progressistes en ont fait un outil d'émancipation des femmes comme en Turquie au début du 20e siècle où les femmes se sont dévoilées, suivies par les Egyptiennes, les Tunisiennes, les Marocaines et les Algériennes lors de l’indépendance de leur pays.

Ce mouvement d'émancipation est contrarié et combattu par l'islam politique qui a fait de ce verset un outil d'oppression des femmes comme en Iran, en Afghanistan. Aujourd'hui, l’islam politique se déploie dans le monde entier avec le voile des femmes comme symbole de son projet. Le corps de la femme doit être dissimulé sous une burqa, un voile intégral, un jilbâb ou un tchador, etc. Dans de nombreux pays, certaines résistent et le paient encore de leur vie.

L'apparition massive du voile est choquante car elle montre l'étendue de cette influence sectaire et sexiste dans une France laïque et démocratique qui n'a pas donné à nos jeunes filles les moyens d'échapper à cette influence et les abandonne à leur sort.

Pour nous, il s’agit de ne pas confondre l’islam avec les interprétations archaïques  et manipulations des islamistes. Le voile est une discrimination qui s’ajoute à celles, multiples et multiformes dont souffrent beaucoup de femmes et de jeunes filles dans nos quartiers. Il n’est en aucun cas une réponse au racisme et aux discriminations.

a Nous pouvons et devons dire NON au harcèlement idéologique et au communautarisme.
a Restons mobilisées pour que le projet réactionnaire des islamistes échoue.
a La lutte contre les discriminations, les inégalités et le sexisme continue.
Nous sommes toutes concernées !
            Des femmes d’Aubervilliers