Pages

mouvement des femmes Iraniennes

mouvement des femmes Iraniennes

Tuesday, May 12, 2015

Annie Sougier

Bonjour:
 
Je vous invite à prendre connaissance de la revue de presse ci-jointe signée Brigitte Bourguignon.
J’attire votre attention sur les infos suivantes:
 
A propos des Jeux paralympiques: déclaration secrétaire d’Etat aux Sports Thierry Braillard” le comité paralympique n’est pas reconnu dans le code du Sport.La proposition de loi, qui est déposée et va être discutée en juin, issue d’un travail en commun entre des parlementaires et moi-même, a fait que dans l’article 14, il y a la reconnaissance du comité paralympique dans le code du Sport. C’est quelque chose d’important. Ce sont des symboles, mais c’est souvent dans les symboles que se forgent les constructions. Et d’ailleurs, quand on parle de la candidature pour 2024,c’est la candidature aux Jeux et non pas aux JO : il y a la candidature olympique et paralympique. »
 
A propos de sport et éducationLe ministère de l'Education souhaite faire de 2015-16 "l'année du sport de l'école à l'université" (Locatis Jean Damien Lesay)
Le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche souhaite promouvoir la pratique sportive chez les jeunes et mobiliser la communauté éducative autour des "valeurs européennes et sportives" dans le cadre d'une "Année du sport de l'école à l'université". Dans la circulaire 2015-071 du 13 avril 2015, il explique que "l'année 2015-2016  sera marquée par l'organisation en France de grands évènements sportifs" (Euro 2015 de basket, Euro 2016 de football,etc..) qui seront autant d'occasions de mettre en avant le sport "comme vecteur des valeurs éducatives et citoyennes aussi bien à l'école […] que hors de l'école".
L'opération s'articulera autour de quatre grands axes : valoriser les pratiques sportives à l'école ; valoriser le sport comme outil pédagogique ; valoriser les pratiques sportives dans l'enseignement supérieur ;
mobiliser le sport comme un outil permettant de renforcer les liens entre les établissements d'enseignement, leur environnement et le milieu associatif”.
 
A propos de l’égalité entre les femmes et les hommes dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville et lesmesures du CIEC (comité interministériel pour la citoyenneté et l’égalité).
 
“Agir en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes consiste aussi à faciliter l’occupation de l’espace public. Les marches exploratoires de femmes y contribuent, en cours d’expérimentation dans douze villes volontaires qui comprennent des quartiers prioritaires de la politique de la ville (Bordeaux, Mons-en-Baroeul, Montreuil, Creil, Lille, Rennes, Avignon, Bastia, Arcueil, Saint-Etienne, Amiens et Paris 20ème). A travers ce dispositif développé conjointement avec le Secrétariat d’Etat aux Droits des femmes, il s’agit de permettre aux femmes de recenser les situations non sécurisantes (éclairage défectueux, environnement dégradé, etc.), afin de proposer des solutions aux décideurs publics. Un bilan de cette expérimentation sera dressé à l’automne 2015
 
Plus globalement, la loi du 21 février 2014 pose l’égalité entre les femmes et les hommes comme un objectif majeur de la politique de la ville, notamment des nouveaux contrats de ville. Le développement de la pratique sportive féminine et l’accès des femmes aux responsabilités de direction dans les fédérations font aussi partie des priorités du Ministère. Les femmes ont en effet deux fois moins accès que les hommes à la pratique sportive dans certains territoires. Le taux de licenciées féminines dans certaines fédérations sportives très populaires est ainsi inférieur à 10 %, et seules 20% des femmes qui font du sport le font dans un club.
La mise en oeuvre de la loi du 4 août 2014 qui fixe des règles visant à approcher l’objectif de parité au sein des organes dirigeants des fédérations sportives ainsi que les actions menées pour développer la pratique sportive féminine , telles que l’encouragement financier à la création d’emplois d’éducateurs (avec un objectif à la fois de féminisation de l’encadrement et de soutien à la pratique féminine), l’inclusion de plans de féminisation dans les conventions d’objectifs signées entre le ministère des sports et les fédérations, le soutien à la production et à la diffusion d’images TV de sport féminin; le soutien à l’organisation par la France de grands évènements sportifs internationaux féminins, telle que la Coupe du monde féminine de football en 2019 favoriseront l’atteinte de l’objectif ministériel. Dans le cadre d’un travail de lutte contre les discriminations dans le sport, une campagne de communication sera par ailleurs bientôt lancée. Elle comportera notamment un volet sur les discriminations à caractère sexiste.
 
 
Bonne lecture
 
Annie

Ligue du droit international des femmes

                   LIGUE DU DROIT INTERNATIONAL DES FEMMES
   Association créée par  Simone de Beauvoir
  6 Place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris

Le Comité International Olympique
Le Président
Monsieur Thomas Bach 
Château de Vidy –
C.P. 356 – CH-1007 Lausanne / Suisse                                                                                                                          
                                                                                                                                 
                           Paris, le  5 mai 2015

Objet : interdiction de stade pour les femmes en Iran


Monsieur le Président,

Nous savons que vous êtes particulièrement attaché au respect des droits de la personne et au rôle essentiel que le mouvement olympique se doit de jouer dans ce domaine.

C’est pourquoi nous souhaitons connaitre les sanctions que vous comptez prendre à l’encontre des instances sportives iraniennes, membres du mouvement olympique, suite au refus des autorités de ce pays de lever l’interdiction faite aux femmes d’entrer dans les stades, au nom de « valeurs religieuses et révolutionnaires ».

Selon le principe n°7 de la Charte « L’appartenance au Mouvement olympique exige le respect de la Charte olympique et la reconnaissance par le CIO ». Or l’interdiction qui frappe les femmes, parce que femmes, dans un domaine sportif, contrevient au principe n°6 de non-discrimination inscrit dans la Charte Olympique. En outre, dans le chapitre 4 relatif aux Comités Nationaux Olympiques, il est stipulé que : « les CNO doivent préserver leur autonomie et résister à toutes les pressions, y compris, mais sans s’y restreindre, les pressions politiques, juridiques, religieuses ou économiques qui pourraient les empêcher de se conformer à la Charte olympique »

Une réaction ferme de votre part s’impose en cette 20ème année de mise en place de la Commission Femmes et sport du CIO et alors que l’agenda olympique 2020 que vous avez fait approuver en décembre dernier, comporte une recommandation (n°11) sur la nécessité de « favoriser l’égalité des sexes »

Veuillez agréer Monsieur le Président l’expression de notre considération distinguée,

La Présidente, Annie SUGIER


IRAN

Iran : les femmes toujours interdites de stades

WUNRN (01.05.2015) - Suite à l’annonce du maintien de l’interdiction faite aux femmes en Iran d’entrer dans les stades, deux iman s ont appelé vendredi les Iraniens à respecter « les valeurs religieuses et révolutionnaires » dans leur vie de tous les jours. »
L’idée de laisser les femmes accéder aux stades pour regarder les matchs a de nombreuses conséquences sociales immorales et négatives », a déclaré vendredi 17 avril, Hassan Mosleh pendant son sermon dans la province de Borazjan, Bushehr
Un autre iman s’exprimant vendredi, en écho aux commentaires de Mosleh, a indiqué que les femmes iraniennes ne sont pas intéressées par un tel comportement immoral. «  Ceux qui soutiennent cette idée ont malheureusement perdu le sens de ce qui est droit et juste » a déclaré Ali Rahdoust à Delvar, dans la partie sud de la province. «  Ils s’imaginent que la dignité et la virtuosité (sic) de nos filles et de nos femmes a quelque chose à voir avec aller dans des stades, alors que la majorité de nos femmes est chaste et noble et éprouve de la répulsion pour de tels comportements ».
Des femmes et des hommes assis les uns à côté des autres regardant les matchs cela détruirait les valeurs religieuses et révolutionnaires », a dit Mosleh, propos rapportés par le Persian Gulf Website
Au début du mois d’avril, le Directeur de l’Information et des Affaires Internationales au Ministère de l’Intérieur avait contredit des déclarations faites par le Ministre des Sports, selon lequel le gouvernement allait modifier la loi interdisant aux femmes d’assister aux matchs dans les stades. Abdolhamid Ahmadi avait indiqué que des changements étaient en vue.
La question avait été très commentée dans les médias en Iran et au niveau international, avec notamment une attention particulière portée au cas de Ghoncheh Ghavami, cette jeune femmes qui avait été emprisonnée pendant cinq mois pour avoir tenté d’assister à un match de volley à Téhéran.
Selon Rahdoust, ceux qui demandent que les femmes soient autorisés à voir des matchs dans les stades devraient orienter leur demandes vers d’autres objectifs: « Il est préférable que ceux qui soutiennent des telles idées défendent des sujets moins problématiques tels que la présence de femmes dans les universités pour se préparer à avoir de meilleurs qualifications scientifiques » a-t-il déclaré.
Il vaut mieux être préoccupé et concerné par le chômage des femmes ou le taux croissant de divorces dans la société ».

Version originale en anglais 
IRAN: WOMEN STILL BANNED FROM SPORTS STADIUMS

WUNRN (01.05.2015) - Following the announcement that the ban against women in stadiums would stay intact, two Friday imams have called for Iranians to pursue «religious and revolutionary values" in their daily lives.
"The idea of letting women to go to sport stadiums to watch matches has many immoral and negative social consequences," said Hassan Mosleh during his sermon in Borazjan, Bushehr province, on Friday, 17 April.
Another Friday Imam echoed Mosleh's comments, saying most Iranian women were not interested in such immoral behavior. "Those who support this idea have unfortunately lost the right and straight path," said Ali Rahdoust, Friday imam in Delvar, in the southern part of the province. "They imagine that the dignity and virtuosity of our girls and women is about going to sport stadiums, while the majority of our women are chaste and noble and are repulsed by such conduct."
"Men and women sitting next to each other to watch matches will destroy religious and revolutionary values," Mosleh said, as reported by Persian Gulf Website.
At the beginning of April, the Director of Information and International Affairs at the Ministry of Interior contradicted earlier statements by the Minister of Sport, who had said the government was reviewing the law prohibiting women from watching sports in stadiums. Abdolhamid Ahmadi had said that changes were likely to be implemented.
The issue has been widely covered in the Iranian and international media, with particular attention being paid to the case of Ghoncheh Ghavami, who was jailed for five months for trying to attend a volleyball match in Tehran.
Rahdoust said those calling for women to be allowed to watch sport in stadiums should shift their focus. "It is better for those who support such ideas to defend the less problematic idea of women getting into universities and prepare the grounds for them to achieve higher scientific qualifications," he said.
"It's better to be worried and concerned about women's unemployment or the increasing rate of divorce in society."